Formation |  Stage |  Métiers |  Ressources |  Travaux |  Contacts | 
Le Grand Public  > Pinceaux et pipettes

jeudi 6 janvier 2011, par Audrey Bardon

De mars à décembre 2011, quatre artistes suisses vont intégrer des laboratoires de recherche dans le cadre du programme Swiss Artists-in-labs. Ce projet, initié en 2003 par l’Institute for Cultural Studies in the Arts de la Haute école des arts de Zurich (ZHdK), a pour vocation de créer un véritable échange créatif entre un artiste et un scientifique en leur permettant de travailler sur un sujet commun.

Sylvia Hostettler, artiste en arts visuels, a passé neuf mois entiers dans un laboratoire de recherche en génétique moléculaire. Elle est l’une des quatre lauréats 2008 du programme Swiss Artists-in-Labs. Son objectif au cours de cette immersion totale en laboratoire ? Créer une œuvre imprégnée de science.

Pourquoi avez-vous présenté votre candidature à « Swiss Artists-in-labs » ?

J’ai commencé en 2003 un projet en cinq chapitres. Chacun d’eux résulte d’une expérience en dehors de mon ordinaire, que je vis dans le but de créer. L’idée est de plonger dans un univers inconnu et de regarder ce que cette nouvelle situation provoque en nous. J’ai toujours été intéressée par la génétique et l’environnement. J’avais envie d’observer ces thématiques avec mon regard d’artiste. J’ai saisi l’occasion dès que j’ai entendu parler de ce programme.

Pouvez-vous décrire l’œuvre que vous avez réalisée ?

J’ai construit la fenêtre d’une chambre noire ; l’endroit où la lumière peut entrer. Je l’ai réalisé avec des boites de Pétri, petites boites en plastique de toutes formes que les chercheurs utilisent au quotidien. Celles que j’ai utilisées sont carrées et quadrillées. J’ai pris en photo une image obtenue au microscope. Il s’agit d’un stomate. Pour les plantes, c’est un lieu d’échange avec l’extérieur. J’ai manipulé l’image pour en voir chaque pixel et je peints un pixel par case du quadrillage. Cette fenêtre sera comme un vitrail mystérieux symbolisant la multitude de questions liées à la génétique et le lieu d’échange entre la science et l’art, entre la science et le public.

Que retirez-vous de cette expérience ?

Pouvoir vivre au cœur de la science a ouvert une nouvelle fenêtre qui élargit mon horizon, aussi bien artistique que personnel. J’ai aussi été très impressionnée de voir que les scientifiques travaillent sur leurs recherches personnelles mais échangent continuellement. Lorsque je crée, je suis toujours toute seule. Cette différence me fascine. Ils sont un ensemble. Moi, une personne isolée. Ces échanges les aident à avancer. Je ne sais pas si je pourrais faire la même chose dans mon art mais cela m’a beaucoup marquée.

Propos recueillis par Aurélie Angot.

Du 1er mars jusqu’en décembre 2011, quatre artistes suisses vont intégrer des laboratoires de recherche dans le cadre du programme Swiss Artists-in-labs. Sylvia Hostettler, artiste en arts visuels, est l’une des quatre lauréats 2008 du programme.


NetVibes / Master-cs
Site ULP